Après avoir démarré sur la clé USB contenant Debian 11, voici le premier écran de démarrage:

Choisissez votre language, dans mon cas le français:

Choisissez votre situation géographique: la Belgique pour ma part.

Passage important, le clavier. Belge… Une fois sweat_smile

Choisissez l’identification unique de votre serveur. Cela permettra par exemple de mettre dans la barre d’adresse: azdocker.localdomain plutôt qu’une IP.

Choisir localdomain est parfois mieux que local tout court, ce nom étant parfois utilisé par d’autres services.

Ici il faut définir le mot de passe “root”, super utilisateur, qui aura tous les pouvoirs, il faut un mot de passe très fort, la base de la sécurité, évitez donc mon exemple, qui n’est qu’un exemple d’illustration!

Comme on le verra plus tard, il faut éviter d’utiliser un compte root, c’est pourquoi vous devez créer un compte qui va bénéficier également de tous les privilièges:

Choisissez un mot de passe fort! Mais ne l’oubliez pas…

Le partionnement du disque: “Assisté – utiliser un disque entier”:

Choisir votre disque, qui sera affiché dans cette fenêtre:

“Tout dans une seule partition”. Avec le temps vous verrez qu’il vaut mieux séparer le Home. Mais ce n’est pas encore le sujet.

On termine le partionnement:

On valide par “Oui, je le veux” sweat_smile

L’installation du système commence:

On valide par “Non”.

Choisissez votre pays, par exemple:

En général il est conseillé de choisir un miroir dans son pays, mais j’ai laissé deb.debian.org par défaut.

Vous laissez vide.

Vous pouvez choisir d’envoyer des statistiques, je choisis toujours non. Qui a dit que j’étais un crevard?

N’installer pas d’environnement de bureau pour faire un serveur! Cela prendrait des ressources complètement inutiles. Par contre veillez à cocher “serveur SSH” et les “utilitaires usuels du système”.

Installation du programme de démarrage GRUB, de vous à moi, il vaut mieux l’installer, sans quoi rien ne démarrera.

Choisissez votre disque:

Waiiiis, c’est fini! Retirez votre clé USB avant de redémarrer!

Le redémarrage, ne faites rien. Respirez quand même.

C’est le moment d’entrer l’utilisateur et ensuite le mot de passe choisi lors de l’installation:

Bravo! Vous voilà connecté à votre serveur heart

Comments

Laisser un commentaire